Générations Futures : l’initiative de la FIOE pour les jeunes travailleurs d’aujourd’hui

Jan 19, 2018

Les milléniaux. Un terme est qui fait souvent lever les yeux des personnes issues de générations plus vielles. Le premier et le plus vieux représentant de la génération du « millénaire » est aujourd’hui âgé de 35 ans. À la Fraternité internationale des ouvriers en électricité du Canada (FIOE), près de 20 000 de nos membres sont des milléniaux. Ce nombre sera en constante hausse à l’avenir en raison du départ à la retraite de nombreux travailleurs de la génération du baby-boom. En 2025, 75% de la main d’œuvre mondiale sera composée de milléniaux.

En 2010, la direction de la FIOE, reconnaissant le défi de communiquer efficacement avec cette nouvelle génération, a commandé un sondage d’opinions dont les résultats étaient classés selon des critères démographiques. Les résultats étaient forts éclairants.  Notre syndicat était en mutation démographique. Les baby-boomeurs et traditionalistes se préparaient à la retraite, et les générations suivantes, X et Y, représentaient une plus grande proportion du membership.  Par contre, ce renouvellement causait une plus grande déconnection entre les jeunes travailleurs et notre syndicat. Notre leadership était plus vieux et les plus jeunes ne participaient aux réunions syndicales ni se portaient candidats à des postes de leadership.

Les résultats du sondage démontraient que les milléniaux ne comprenaient pas les avantages d’un syndicat, ne savaient pas comment s’y impliquer, ne croyaient pas que le syndicat communiquait bien avec eux, ne participaient pas aux réunions et percevaient le syndicat comme un « vieux boys club ». Depuis, nous avons activement mis en place un plan pour changer les choses, et nous surnommons cela l’initiative Générations Futures. Au cœur de l’initiative se retrouve la volonté d’augmenter les opportunités d’implication des membres par le biais de formations et d’une meilleure communication. Concrètement, nous avons créé des comités Générations Futures au niveau de nos syndicats locaux, cela a permis de créer un espace légitime pour les jeunes travailleurs de se réunir, discuter de leurs enjeux et collaborer avec leur direction. Des comités Générations Futures sont maintenant actifs partout au pays. Grâce à leur militantisme, notre président international, Lonnie Stephenson, a développé des chartes de reconnaissance pour les comités afin de souligner leurs contributions.

Les comités ont organisé des formations Générations Futures, ont créé des guides facilitant l’implication des membres lors de réunions syndicales, ont revampé les guides d’introduction pour les nouveaux membres et les remettent en main propre aux nouveaux travailleurs. Les comités ont également participé au déploiement de notre programme Code d’excellence, ils sont actifs au sein de leur conseil syndicale local et donnent un soutien régulier aux comités locaux d’action politique, aux comités locaux de retraités et aux comités femmes.

Nous avons et nous allons continuer l’organisation de conférence pour les membres de Générations Futures, et également impliquer les jeunes lors des conférences de la FIOE. Par exemple, lors de nos deux dernières conférences internationales, nous avons pu inclure une délégation de jeunes travailleurs, un par province, territoire et état, afin qu’ils puissent observer le déroulement. Il s’agit d’une initiative importante car elle permet à la prochaine génération de comprendre les rouages de notre syndicat, et recevoir un mentorat des plus vieux en même temps.

En facilitant la présence à nos conférences, en développant des opportunités de formation ciblés vers les jeunes travailleurs, en améliorant nos communications par les réseaux sociaux et en utilisant un bulletin d’information pour et par les jeunes, l’initiative Générations Futures continue son mandat de rejoindre et d’impliquer nos jeunes membres. Et encore plus important, en favorisant un développement d’un réseau de leaderships et de militants parmi leur génération, les jeunes travailleurs contribuent et continueront de contribuer à renforcer non seulement notre syndicat, mais aussi à devenir les prochains ambassadeurs de la FIOE en diffusant notre message sur l’importance d’un mouvement syndical fort pour protéger la classe moyenne du pays.

Notre prochaine publication sera le fruit de notre blogueuse invitée Arlene Dunn, directrice adjointe des Syndicats des métiers de la construction du Canada. Arlene nous parlera de la santé mentale en milieu de travail.